Archive for avril, 2012

Vers une définition de l’Intelligence Stratégique …

I. Définition Officielle de l’Intelligence Stratégique du Pentagone :

D’après le site officiel de la CIA (http://www.cia.gov), le Pentagone définit l’intelligence stratégique, comme suit :  » Intelligence that is required for the formulation of strategy, policy, and military plans and operations at national and international levels « , c’est à dire :  » Intelligence nécessaire pour la formulation de la stratégie, de la politique, des plans militaire et des opérations aux niveaux national et international « .

Cette vague définition ne pércise ni les outils, ni les attendus de cette intelligence !

II. Définition proposée par l’ASE (Agence « Belge » de Stimulation Economique :

Sur son site officiel (http://www.intelligencestrategique.be), l’ASE définit l’Intelligence Stratégique comme étant :
 » Une démarche managériale intégrée de maîtrise et de protection de l’information stratégique pertinente,
• dont l’objectif final est de permettre de se développer et d’innover
• en construisant un avantage distinctif et compétitif durable.
Cette définition englobe trois éléments :
• La veille stratégique
• La protection de l’information
• L’utilisation de l’information dans des opérations d’influence « .

Cette définition est plus proche des définitions de l’intelligence économique. Or, par rapport à cette dernière, l’intelligence stratégique apparaîtrait comme une catégorie plus vaste incluant le renseignement militaire, diplomatique, géostratégique, politique, etc, susceptible, par exemple d’intéresser un État. A priori, tout ce qui concerne l’intelligence économique peut faire partie de l’intelligence stratégique. (http://www.huyghe.fr)

III. Approche de définition de l’Intelligence Stratégique dans le cadre d’une Organisation :

C’est l’Intelligence capable de créer une synergie entre trois activités qui permettent aux organisations d’être innovantes, plus compétitives et d’assurer leur perenité par :
1. la surveillance de son environnement externe (Intelligence Economique),
2. la surveillance des changements internes qu’elles doivent opérer (Knowledge Management),
3. la mise en palce des stratégies adéquates afin de prétendre à des décisions pertinentes au temps opportun (en usant des outis de Business Intelligence).

Publicités

26 avril 2012 at 16:31 1 commentaire

La dimension humaine ou le catalyseur de la synergie du triptyque : KM, IE et BI

Vous conviendrez probablement avec moi que la dimension humaine ne peut être occultée lorsqu’il s’agit d’apprentissage organisationnel et de capitalisation d’expériences à des fins de prise de décision.

Avec les mêmes outils décisionnels, une même base de donnée informationnelle et mêmes données environnementales, il est peu probable que deux personnes ayants des vecus différents, produisent des décisions convergeantes. C’est pour dire qu’il est indispensable d’associer la dimension humaine (mieux encore les ascpects psychologiques) qui constitue le catalyseur de la synergie souhaitée.

6 avril 2012 at 15:33