Brainstorming : Une inefficacité créative scientifiquement prouvée

13 mai 2014 at 16:56

Le brainstorming a été inventé par un publicitaire Alexander Osborn, président de l’agence de publicité BBDO (Batten, Burton, Durstine & Osborn) en 1935, pour apporter des idées publicitaires et promotionnelles aux clients de son agence de publicité. C’était à une époque qui ne connaissait ni Internet ni Google ni Alibaba.com et où la concurrence n’existait pas.

En 2010, le brainstorming est une pratique inefficace et même dangereuse !

Une bonne idée concrète, c’est d’abord une idée de solution, ou d’innovation ou de stratégie à laquelle croient ceux qui vont la mettre en œuvre.

Le brainstorming est une récréation qui n’implique pas les participants et qui ne peut fournir d’idées de solution.

En faisant croire à une créativité spontanée, épisodique, cette technique peut même être néfaste et entraîner frustration et démotivation. C’est précisément parce qu’on peut dire ce qu’on veut que personne n’en tiendra compte.

Le même constat est valable pour toute réunion ad hoc de « créativité » n’impliquant pas les participants, du genre focus group, d’experts, etc.).

Le google-storming, benchmarking mondial sur Google, fournit plus d’idées d’innovations — plus vite et à bon compte.

Jean–Louis Swiners & Jean-Michel Briet

in

 » L’intelligence créative au-delà du brainstorming « 

_____________________________________________

 Une inefficacité créative pratiquement et scientifiquement prouvée

  •  Philippe Halsman dès 1961 dans : Halsman on the Creation of Photographic Ideas.
  • « Although brainstorming sessions often do produce a hundred solutions, frequently none of them is usable. »
  • Pierre Goguelin, La problémation, 1967.
  • Edward de Bono (dans Serious Creativity, 1992 : et repris dans La boîte à outils de la créativité, p. 17-18 et un peu partout (voir l’index de l’ouvrage).
  • Robinson et Stern (p. 63-65 de L’Entreprise créative)
  • Todd Lubart, « Creativity » dans : Thinking and Problem Solving de Sternberg (1994) et Models of the creative process, 2001
  • Stroebe Wolfgang et Bernard Nijstad, « Le brainstorming en question », Cerveau & Psychologie, n° 3, septembre 2003.
  • Etc.

Résumé

  •  Le principe même du brainstorming : évaluer les idées après la production de celles-ci conduit à des idées de moins bonnes qualités que lorsque les participants ont connaissances des critères d’évaluation avant la phase d’idéation et les auto-évaluent.
  • Moins de bonnes idées qu’avec les autres techniques.
  • N’est applicable qu’à certains domaines trés restreints : recherche d’idées publicitaires, slogans, base-line, etc.
    Utilisable, très éventuellement, pour trouver un nom de marque, mais beaucoup d’autres techniques sont plus efficaces.
  • Impossibilité de trier les idées dans des délais utiles (6 mois pour dépouiller les 12 000 idées d’un brainstorming géant organisé par Edward de Bono pour trouver des solutions à des émeutes interraciales récurrentes en Afrique du Sud)
  • Inapplicable dans l’action
  • Aucune implication dans la mise en œuvre des idées émises
  • Etc.

Des effets pernicieux et même néfastes à long terme

  •  Une conception du caractère épisodique de la créativité. On n’est créatif qu’une fois par an, lors des brainstorming annuels.
  •  La créativité, c’est pouvoir dire n’importe quoi.
  •  Le renforcement d’une certitude : les idées exprimées ne sont pas appliquées.
  •  Etc.

Souvent, de fait, un « heart-storming »

  • Technique inventée par Joey Reiman, le fondateur de Bright House, qui aurait dégagé ainsi le concept de Ghost Myst de Coty parfum qui a été une success-story aux États-Unis.
  • Correspond au chapeau rouge d’Edward de Bono.
  • Défouloir.
  • « Caca-boudin ! » est non pas une idée, mais un cri du cœur.

pour plus de détails @ http://www.intelligence-creative.com/index.html

Publicités

Entry filed under: Innovation.

Innovation agroalimentaire : Un nouveau cluster pour promouvoir la compétitivité des entreprises (APS / Paru à El-Watan du 19/02/2014) Développement de l’intelligence économique : L’Algérie manque d’engagement résolu (Le Soir d’Algérie du 22/05/2014)



%d blogueurs aiment cette page :